A 25 kms de Paris, un hâvre de paix et de silence
Fondé en 1959, le Foyer est situé dans un enclos forestier sur les hauteurs dominant la vallée de la Seine

« La Part-Dieu » a été voulue, dès ses débuts et avant même sa « sortie de terre », comme un centre de retraites spirituelles avec une forte dimension contemplative, une invitation permanente au ressourcement intérieur par :

- le silence

- un rythme paisible

- le repos en Dieu, notamment avec un accès très privilégié à la nature environnante, aux promenades dans le parc.

1957. Le projet de fondation se précise. On donnera au Foyer le nom de « La Part-Dieu ». Parce que tout ce qui y sera enseigné et vécu le sera de la part de Dieu (P. Eberhard, premier Père du Foyer).

 

L'ensemble des installations et du cadre est centré sur la prédication de la Parole de Dieu et sur son prolongement, son rayonnement dans tout ce qui fait notre journée : le spectacle de la nature, le regard porté sur une œuvre d'art, une halte-méditation en plein air...

Le Foyer est un lieu de la présence du Christ. Cette présence est faite d'amour, de souffrance et de joie, écho de notre vie avec ses heures d'épreuve et de fête, ses grands moments et son quotidien plus routinier.

Le Foyer est la maison de Marie où elle amène tous ceux qu'elle veut à l'unité avec son Fils. C'est le Foyer tout entier qui lui est consacré, chaque être qui l'habite, chaque pierre. Le Foyer aura ceci de différent de toutes les maisons de retraites de toute sorte que chaque retraite de 5 jours se terminera par la consécration à Jésus par Marie (P. Eberhard).

S'arrêter sur un banc. Faire le point devant Sa croix. Laisser Dieu nous parler. Puis, se remettre en route.

 

Ce Foyer sera le nouveau Béthanie où les hommes apprendront dans la joie que Dieu Lui-même a ôté de leur poitrine leur cœur de pierre pour le remplacer par Son propre Cœur blessé d'amour pour eux et seule source jaillissante de la Charité éternelle (extrait du texte scellé dans la première pierre du Foyer).

 

Un regard sur l'architecture du Foyer.